Quelle voiture choisir ?

L’achat d’une nouvelle voiture vous paraît très compliqué et vous ne savez pas vers quel modèle vous orienter, voici quelques clés pour bien choisir entre voiture neuve ou d’occasion, citadine ou berline, moteur essence ou diesel et même boîte manuelle ou automatique.

Acheter une voiture neuve ou d’occasion

quelle-voiture-choisir Lorsque l’on prévoit d’acheter une voiture, la première chose à déterminer c’est son type : neuve ou d’occasion. Le choix entre une voiture neuve ou d’occasion est fonction bien entendu du budget prévu pour cet achat et de l’utilisation programmée de la future voiture. En effet, si les premiers prix dans le neuf démarrent aux alentours de 8 000€ (à partir de 7 700 € pour une Dacia Logan par exemple), il est possible en revanche d’acquérir une voiture d’occasion décente à partir de 2000 €.
C’est là donc qu’intervient la notion d’utilisation. La future voiture sera-t-elle la voiture principale du foyer ou alors la seconde, voire la troisième ? Sera-t-elle amenée à parcourir beaucoup de kilomètres au quotidien ? En réponse à ces questions, il est évident qu’une voiture neuve représente un atout sérénité face à une voiture d’occasion dont la fiabilité n’est pas garantie. Une voiture neuve peut également faire valoir son avance technologique par rapport à l’occasion et dans certains cas son confort, son agrément et son niveau d’équipements supérieurs.
Bien entendu le marché de l’occasion ne se limite pas qu’à des modèles obsolètes, davantage destinés à une utilisation occasionnelle. En effet, il est possible de trouver au prix d’une voiture de moyenne gamme neuve des modèles premiums, dotés de moteurs puissants et d’un équipement très riche. Il faut alors se tourner vers des voitures à l’historique limpide et à l’entretien suivi – cela est d’ailleurs valable pour toutes les occasions – et sélectionner les kilométrages les plus faibles car certains modèles peuvent se montrer onéreux à entretenir.

Quelle catégorie : citadine, berline, monospace… ?

Une fois le type de la voiture déterminé, neuve ou d’occasion, il faut alors affiner le choix en fonction des besoins afin de trouver une catégorie ou une carrosserie : citadine, berline, monospace… L’offre du marché est de plus en plus large avec une voiture adaptée à chaque situation et à chaque catégorie ou segment correspondent des sous-catégories ou segments intermédiaires.

  • Les citadines : les citadines, type Renault Clio ou Peugeot 208, sont de petites voitures dont le gabarit ne dépasse pas en moyenne 4,0 m de longueur. Abordables à l’achat et économiques à l’usage, les citadines ou mini-citadines (environ 3,50 m de longueur type Renault Twingo ou Chevrolet Spark) sont adaptées à de petits trajets quotidiens en raison de leur encombrement réduit et de leur maniabilité. En revanche, elles sont moins à l’aise sur les longs trajets en famille en raison de leur faible niveau de confort et de leur habitabilité réduite. Les prix débutent sous la barre des 8 000 €.
  • Les compactes : segment star du marché français, les compactes type Citroën C4 ou Volkswagen Golf s’adressent généralement à des couples ou à de petites familles. Plus habitables et plus confortables que les citadines, elles permettent de prendre la route sans appréhension tout en restant adaptées à une utilisation quotidienne. A noter que certaines compactes proposent une multitude de carrosserie : 3 portes, 5 portes, break, et même cabriolet. Les prix débutent autour de 15 000 €.
  • Les berlines : très à la mode il y a quelques années, les berlines type Renault Laguna ou Audi A4 sont en perte de vitesse ces derniers temps en raison de la montée en puissance des SUV. Elles sont les alliées des gros rouleurs et des familles à la recherche d’une voiture confortable et élégante. On classe également dans la catégorie des berlines leurs dérivés breaks qui offrent les mêmes prestations tout en apportant un volume de chargement supérieur. Les prix débutent autour de 20 000 €.
  • Les monospaces : apparus dans les années 80, les monospaces type Renault Espace ou Volkswagen Touran sont destinés aux familles à la recherche principalement de praticité et de volume intérieur. Les grands monospaces traditionnels ont progressivement été remplacés par des modèles plus compacts type Renault Scénic ou Citroën C4 Picasso. Ces derniers peuvent proposer jusqu’à 7 places.
    Un autre segment a fait son apparition ces dernières années, celui des minispaces qui se proposent de rassembler les qualités d’un monospace dans le gabarit d’une citadine. Les modèles les plus populaires sont le Citroën C3 Picasso et le Ford B-Max. Les prix débutent autour de 25 000 € pour les modèles compactes, 15 000 € pour les minispaces.
  • Les 4x4 ou SUV : très à la mode en raison de leur style et de leurs promesses d’aventure, les 4x4 ou SUV type Volkswagen Tiguan ou Toyota Rav4 tentent d’allier l’habitabilité des monospaces aux prestations de confort des berlines. Notons que l’offre s’est diversifiée ces dernières années avec des modèles très luxueux type Audi Q7 ou Porsche Cayenne, ou au contraire des modèles plus abordables comme le Dacia Duster, et même des modèles plus adaptés à une utilisation citadine comme les récents Renault Captur et Peugeot 2008. Ces derniers prennent alors le nom de crossovers. Les prix débutent autour de 30 000 € pour les modèles compacts, 15 000 € pour les petits crossovers.
  • Les cabriolets : voiture plaisir par excellence, le cabriolet peut être équipé d’une capote comme sur une Volkswagen Golf Cabriolet ou une Mazda MX-5, mais aussi d’un toit rigide escamotable comme sur une Mercedes SLK ou une Renault Mégane CC. Peu adaptée à une utilisation familiale et généralement tournée vers le haut de gamme, la carrosserie découvrable est disponible sur plusieurs segments. Les prix démarrent donc autour de 15 000 € pour les citadines.
  • Les ludospaces : segment parmi les plus récents du marché, celui des ludospaces regroupe des modèles comme le Citroën Berlingo ou le Renault Kangoo. La principale caractéristique d’un ludospace est qu’il dérive d’un modèle utilitaire adapté à une utilisation familiale. Ses prestations sont en général en retrait par rapport à un monospace mais son habitabilité est équivalente et son prix inférieur. Les prix débutent autour de 15 000 €.

Carburant : essence, diesel, gpl ou électrique ?

Dépendant de l’utilisation, le type de carburant n’est pas un critère à négliger car il peut faire varier fortement le budget auto du ménage. En perte de vitesse, le diesel représente pourtant encore 85 % du marché français. Si les voitures carburant au diesel sont généralement plus économes que les modèles essence, elles coûtent en revanche plus cher à l’achat (entre 1 500 et 3 000 € de plus à puissance équivalente) mais aussi à l’entretien, en moyenne 10 à 15 % de plus. Pour être rentable, l’achat d’une voiture diesel s’adresse à des personnes qui parcourent au minimum 20 000 km par an. Précisons par ailleurs que les modèles diesel sont en général plus prisés sur le marché de l’occasion.

Deuxième alternative en matière de carburant, l’essence s’adresse davantage à des personnes parcourant de petits trajets car ce carburant coûte plus cher à la pompe - 1,55 €/L en moyenne contre 1,33 €/L pour le diesel (données septembre 2013) - et les moteurs essences consomment généralement davantage que leurs homologues diesel. Notons qu’à partir de 2014, l’écart de prix à la pompe entre l’essence et le diesel devrait se réduire car l’essence est jugé moins nocive pour l’environnement que le diesel. Marginal en raison de la fin des aides gouvernementales, le GPL a toujours souffert d’une mauvaise réputation (quelques cas d’explosion) et de sa faible diffusion sur le territoire, moins de 2 000 points de vente. Il est en revanche très économique avec un prix moyen à la pompe inférieur à 0,90 €/L.

Très à la mode depuis quelques années, les voitures hybrides combinent un moteur essence ou diesel à un moteur électrique. Si leur prix d’achat sont encore élevés en raison de leur niveau de technologie, les voitures hybrides permettent soit d’obtenir une consommation et des émissions inférieures à des modèles traditionnels de puissance équivalente, soit de profiter de plus de puissance et donc d’un agrément mécanique supérieur pour des consommations équivalentes à des modèles moins puissants.

En développement depuis quelques décennies, la voiture électrique opère un retour en force grâce notamment aux progrès réalisés sur l’autonomie et l’encombrement des batteries. En plus d’être non-polluantes et totalement silencieuses, les voitures électriques sont particulièrement économiques à l’usage avec en moyenne 2€ d’électricité pour 100 km. Malgré tout, la voiture électrique ne peut être utilisée qu’en deuxième ou troisième voiture en raison de son autonomie limitée (en moyenne 150 km), de son temps de charge (6h en moyenne) et du manque d’infrastructures de recharge. Pour le moment, la voiture électrique reste une affaire de conviction, voire d’art de vivre, car par rapport à un modèle diesel équivalent son achat n’est rentable qu’après plusieurs dizaines de milliers de kilomètres.

Transmission : manuelle ou automatique ?

Une fois le type, la catégorie et la motorisation, il est encore possible d’affiner son choix en fonction de la transmission, c’est à dire de la boîte de vitesses : manuelle ou automatique. Dominant le marché, la boîte manuelle voit pourtant ses ventes reculer d’année en année en raison d’une offre toujours plus étendue de boîtes automatiques. Si la commande manuelle reste le choix de prédilection des conducteurs privilégiant les sensations et l’agrément moteur, la commande automatique présente de nombreux avantages et sa technologie a nettement évolué. Très appréciée par les conducteurs citadins mais également par les gros rouleurs pour son confort, l’automatique peut être simple (viscocoupleur), à double embrayage, avec ou sans mode séquentiel, à variation continue ou robotisée.
La boîte automatique simple permet de s’affranchir du geste de passage des rapports mais peut s’avérer parfois lente. Elle tend à disparaitre au profit des boîtes dites à double embrayage qui offrent des passages plus rapides, donnent moins d’à-coups et sont plus économes en énergie. Généralement, ces boîtes proposent un mode séquentiel qui permet au conducteur de passer les rapports de manière plus ou moins artificielle. Le mode séquentiel permet surtout d’obtenir du frein moteur en descente notamment. Parmi les boîtes à commande automatique, il existe également les boîtes à variation continue ou CVT. Grâce à un système d’embrayage centrifuge, elles proposent toujours le rapport le plus adapté à la situation de conduite. Très confortables, elles ont en revanche tendance à lisser le caractère du moteur. Enfin, il existe depuis peu des boîtes dites robotisées qui sont en fait des boîtes manuelles dont le passage des rapports est géré par l’électronique. Efficaces, elles n’offrent cependant pas encore l’agrément des boîtes à double embrayage.
Par rapport à une commande manuelle, une transmission automatique représente en moyenne un surcoût de 1 500 € à 2 000 € selon les modèles.

Quelle sécurité pour ma voiture ?

Si le nombre de tués sur les routes a considérablement diminué, ce n’est pas uniquement grâce la politique répressive des différents gouvernements. Le niveau de sécurité des voitures a également contribué à cette baisse grâce à des progrès techniques significatifs et certains en font un critère d’achat essentiel. Aujourd’hui l’élément clé pour déterminer le niveau de sécurité d’une voiture c’est son classement EuroNCAP. Cet organisme européen organise plusieurs fois par an des campagnes de tests des dernières nouveautés des constructeurs.
Si la note obtenue est généralement maximale, 5 étoiles, il faut cependant se pencher sur les critères de notation, au nombre de quatre et exprimés en pourcentage. Les tests EuroNCAP définissent le niveau de sécurité pour les occupants adultes, le niveau de sécurité pour les occupants enfants, le niveau de sécurité offert aux piétons en cas de collision avec le véhicule et enfin la présence ou non de systèmes actifs comme l’anti-patinage ou le contrôle de trajectoire. Par exemple, lors de la dernière campagne de tests, le nouveau Citroën C4 Picasso a obtenu 5 étoiles avec des notes de 86% en protection adulte, 88 % en protection enfants, 68 % en protection piétons et 81 % en aides à la conduite. Parmi les dernières voitures soumises aux tests, la Dacia Sandero a obtenu 4 étoiles avec des notes de 80 % en protection adultes, 79 % en protection enfants, 57 % en protection piétons et 55 % en aides à la conduite.